Le Christianisme – une marque (brand) ou un espace partagé?

Le Christianisme devrait-il être approché comme une marque (un brand) a supporter et consommer ou bien un espace partagé a cultiver et dans lequel participer?

Le christianisme est vaste et son histoire est lourd. Un mélange de bien et de mal comme l’on retrouve partout ou l’être humain se trouve. La branche évangélique en est qu’une petite partie (23% selon Operation World) qui elle aussi est très varié dans sa composition dont moins de 5% se trouve en Amérique du Nord (selon Operation World). Tout cela pour dire que lorsque nous pointons du doigt le christianisme, il faut savoir où nous le pointons exactement.

Dans son livre, Struggling with Evangelicalism, Dan Stringer fait une comparaison importante en adressent particulièrement le mouvement évangélique :

A brand is disposable depending on personal preferences, but a shared space requires collective responsibility for its care over the long haul. A brand depends on satisfying individual consumers—especially those with buying power, but a shared space is accessible to a broad range of inhabitants. A brand promotes itself through slogans and celebrity endorsements, but a shared space offers opportunities to build relationships across differences and divisions. A brand is no use to those who don’t like it, but a shared space can be home for a diverse range of people, including those who don’t fit the brand.

Stringer, Dan. Struggling with Evangelicalism (p. 13). InterVarsity Press. Kindle Edition.

Traduction Deepl – Une marque est jetable en fonction des préférences personnelles, mais un espace partagé exige une responsabilité collective pour son entretien à long terme. Une marque dépend de la satisfaction des consommateurs individuels, en particulier ceux qui ont un pouvoir d’achat, mais un espace partagé est accessible à un large éventail d’habitants. Une marque se promeut par des slogans et le soutien de célébrités, mais un espace partagé offre des opportunités de construire des relations au-delà des différences et des divisions. Une marque n’est d’aucune utilité pour ceux qui ne l’aiment pas, mais un espace partagé peut accueillir un large éventail de personnes, y compris celles qui ne correspondent pas à la marque. – Stringer, Dan. Struggling with Evangelicalism (p. 13). InterVarsity Press. Kindle Edition.

Depuis une vingtaine d’années, et en particulier les 5-10 dernières, le monde évangélique en Amérique du Nord vit un exode qui, en grande partie, est causé par la droite évangélique qui ressemble beaucoup plus à un mouvement politique qu’à un mouvement de gens qui veulent suivre Jésus. Nous voyons cela aux États-Unis et de plus en plus au Canada. Malheureusement, chemin faisant, bien des gens ont quitté ce mouvement qu’il ne reconnaissent plus et qui ne colle pas avec les paroles de Jésus.

On pointe le christianisme du doigt avec raison mais nous pointons quoi exactement? Est-il juste de pointer le christianisme en entier? Est-il juste de rejeter l’espace que peut être le christianisme à cause d’une marque (brand) qui ne colle pas avec notre expérience?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :